Interview : Babyraids Japan

Babyraids Japan (ベイビーレイズJapan)Les Babyraids Japan étaient les invitées de Japan Expo 2016 à Paris Nord Villepinte, en France, en juillet.

Les représentantes du mouvement Emotional Idorock ont pu se produire à l’étranger pour la première fois lors du festival.

En compagnie d’autres medias, nous avons eu l’occasion de rencontrer les membres du groupe d’idols.

Découvrez l’interview avec les Babyraids Japan.

Pourriez-vous vous présenter ?

– Je m’appelle Rikako Ooya. Enchantée. Appelez-moi Ricopin.
– Je m’appelle Manatsu Hayashi. Enchantée. Appelez-moi Manatsu.
– Je m’appelle Erika Denya. Enchantée. Appelez-moi Denchan.
– Je m’appelle Rio Watanabe. Enchantée. Appelez-moi Rioton.
– Je m’appelle Nao Takami. Enchantée. Appelez-moi Naosuke.
(ndlr : Chaque membre a fait l’effort de parler en français)

C’est la première fois que les Babyraids Japan viennent en France, voire à l’étranger. Quel est votre sentiment là-dessus ?

– Denya Erika : C’est formidable ! La décision de venir à Japan Expo est tombée à point nommé car à ce moment-là nous nous disions que nous aimerions bien que le groupe devienne le plus important du Japon. Et finalement nous sommes ici en tant que représentantes du Japon.
– Takami Nao : Le public français est vraiment très enthousiaste.

Pourriez-vous nous donner quelques explications sur le mouvement « emotional idorock » auquel vous appartenez ?

– Denya Erika : Il a un côté émotionnel. « Idorock » est une combinaison de « idol » et de « rock ». C’est un mot que nous avons inventé. Cela désigne l’envie d’aller au-delà des frontières musicales tout en restant des idols.

Avez-vous des habitudes avant de monter sur scène ?

– Ooya Rikako : Nous posons nos mains les unes sur les autres juste avant le concert. Puis, lorsque chaque membre monte sur scène, nous lui faisons une petite tape sur le dos en lui souhaitant bonne chance.

Qu’avez-vous pensé de l’accueil des fans français lors de votre premier live et de votre séance de dédicaces ?

– Ooya Rikako : L’ambiance était très chaleureuse. Nous nous attendions à voir quelques fans, tout au plus 5, et en fait ils étaient présents en nombre assez important. Ils étaient tous très gentils. Ils essayaient de parler en japonais, et nous leur avons dit quelques mots en français comme « merci ».

Pourriez-vous nous parler de votre dernier single Senkou Believer ?

– Hayashi Manatsu : La chanson parle d’une personne qui veut atteindre son rêve. Lorsque nous l’interprétons, nous repensons à notre objectif qui est de devenir un groupe d’idols leader au Japon. C’est en symbiose avec ce message.

Pourquoi avez-vous changé le nom du groupe en passant de Babyraids à Babyraids Japan début 2015 ?

– Denya Erika : Après nous être produites sur la scène du Nippon Budoukan, notre objectif est de devenir le groupe numéro un au Japon, comme nous l’avons dit précédemment, mais aussi de participer au Kouhaku Uta Gassen. Il s’agit d’un célèbre événement musical se déroulant au Nouvel An et diffusé sur la NHK. C’est à ce moment-là que nous avons décidé ce changement pour refléter notre nouvel état d’esprit.

Pourriez-vous nous donner vos traits de caractère ?

– Denya Erika : Je suis une fille posée, calme.
– Ooya Rikako : Pour moi c’est l’opposé. J’ai 19 ans mais, malgré mon âge, je fais plus jeune, plus immature. J’aime les jouets.
– Hayashi Manatsu : On dit que je suis très sérieuse. Je n’avais jamais enfreint des règles par exemple à l’école, et je ne m’étais jamais teinte les cheveux jusqu’à il y a 2 ans.
– Takami Nao : J’ai des traits assez masculins, mais je garde un côté féminin. J’aime cuisiner des biscuits.
– Watanabe Rio : J’aime les mangas et collectionner les choses comme ceci.

Quel est votre meilleur souvenir depuis vos débuts ?

– Ooya Rikako : C’est une question difficile. Je dirais notre venue en France. Les Babyraids Japan existent depuis 4 ans, et je n’aurais jamais cru donner un live à l’étranger. En plus les fans sont chaleureux. J’aimerais visiter la Tour Eiffel.

Quelle est la prochaine étape que vous vous êtes fixées pour devenir le groupe d’idols numéro un ?

– Denya Erika : Du 6 au 9 octobre, nous organisons un festival Emotional Idorock Fes durant lequel, pendant 69 heures, nous allons être sur scène. C’est le projet principal qui nous tient à coeur pour l’instant.

Les Babyraids Japan vont fêter leurs 5 ans d’activité l’année prochaine. Y aura-t-il un événement spécial à cette occasion ?

– Denya Erika : C’est possible, mais pour l’instant rien n’est décidé. On ne sait pas encore.

Quelles ont été vos motivations pour devenir idols ?

– Ooya Rikako : A l’âge de 8 ans, j’ai vu un concert de BoA. Cela m’a marqué très fortement, et c’est ce qui m’a poussé à devenir chanteuse. Un peu plus tard, avec Nao, nous avons participé à des auditions pour devenir idols (ndlr : pour rejoindre les Idoling!!!), mais cela n’a pas marché. Cet échec nous a donné encore plus envie de réussir dans ce monde.
– Denya Erika : A la base, je ne voulais pas devenir idol. Cela ne m’intéressait pas du tout. Mais lorsqu’on m’a proposé de devenir idol, j’y ai réfléchi, et une fois que j’ai débuté cela m’a vraiment plu. Maintenant je me sens très bien dans ce milieu.
– Watanabe Rio : Quand j’étais petite, je voulais vraiment devenir idol. Et c’est au moment des auditions pour les Babyraids que j’ai pu concrétiser ce rêve.
– Hayashi Manatsu : Mon objectif principal était d’aider ma famille financièrement en ayant une carrière en tant qu’idol.

Avez-vous un message pour vos fans ?

– Denya Erika : Notre point fort est les concerts. Je vous conseille de venir nous voir en live. Nous avons la réputation d’êtres « chaudes » sur scène, et donc ce serait une très bonne expérience. Merci pour votre soutien.

Babyraids Japan (ベイビーレイズJapan)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*